Télétravail : un enjeu pour garder et attirer les talents

Par Muriel Faure · Publié le 09 novembre 2020

Le Président Macron vient d’annoncer un confinement de 4 semaines et recommande aux entreprises d’avoir largement recours au télétravail, alors que celles-ci sont depuis plusieurs semaines en pleines discussions avec collaborateurs et syndicats sur les nouvelles règles d’organisation du télétravail.

Pour l’industrie de la gestion d’actifs, le premier confinement avec la mise en application d’un télétravail total s’est déroulé sans heurts majeurs une fois la première semaine passée à régler les problèmes de réseau, d’équipements, d’enregistrement de transactions…

Après une période de satisfaction des salariés sur le travail à distance intégral en raison du gain de temps grâce à l’absence des trajets domicile-bureau, la réduction des interruptions et une autonomie accrue, les salariés français en ont ensuite ressenti les aspects stressants comme la réduction des contacts réels et des interactions avec les collègues ainsi que la solitude à travailler chez soi. Ainsi, en mai, selon l’étude de Malakoff Humanis, 73% des salariés français souhaitaient la poursuite du télétravail de façon régulière ou ponctuelle. Mais, en septembre, le sondage Opinionway pour Les Echos et Harmonie Mutuelle « Les français et le télétravail » montre que 60% des sondés ressentent du stress créé par le travail à distance.

Les entreprises s’attachent depuis des semaines à déterminer l’utilisation adéquate du télétravail. En effet, les discussions sur site d’une équipe de gestion sont générateurs d’échanges contradictoires sur des situations de marché, des secteurs ou des titres toujours très efficaces dans la prise de décision. Les équipes commerciales et marketing ont besoin de rencontres physiques pour dialoguer sur les réunions clients/ prospects, travailler ensemble pour répondre à une problématique client/ prospect…Ces échanges entre équipes créent des dynamiques créatrices.  Il en va de même pour les fonctions support. Confronté à un problème technique ou relationnel, il est plus facile et moins sujet à mauvaise interprétation d’aller en discuter avec son collègue au bureau d’à côté que de l’exprimer par email. Les managers subissent une pression lourde entre l’exécution de leurs missions et le coaching de leurs équipes, le télétravail les faisant évoluer vers un rôle de manager-coach plutôt que manager-contrôleur.

Comment repenser l’organisation afin d’avoir en présentiel le travail collaboratif et à distance le reste du travail effectif ? Dans la gestion des équipes, où mettre le curseur entre autonomie et contrôle ?

Ces enjeux sont cruciaux pour l’attractivité des entreprises afin d’attirer les talents. Les jeunes talents recherchent des responsabilités réelles, veulent apprendre vite souvent en binôme avec un mentor. Plus de 50% des jeunes veulent travailler à distance au minimum 2 jours par semaine*. Ils sont 75% à considérer que cette flexibilité est une marque de confiance, ce qui les motive.

La période actuelle est un formidable accélérateur de la digitalisation des sociétés de gestion de portefeuilles. Des barrières technologiques ont été franchies : utilisation par tous des outils numériques et collaboratifs au détriment du papier, mise en place de systèmes de visioconférence particulièrement complexes en mode hybride (visioconférence réunissant des personnes en présentiel et à distance), sécurisation des réseaux et des données.

Des barrières psychologiques ont également été franchies avec la constatation que l’activité pouvait se poursuivre, que des projets pouvaient être lancés, des contrats conclus sans personne dans les locaux.

Dans la phase actuelle de pérennisation du travail à distance, les sociétés leaders seront celles qui auront une organisation claire et attractive sur le télétravail, des outils performants et une formation tant des managers que des collaborateurs, car elles pourront garder leurs talents et en attirer.

(*) Sondage cabinet Happyformance.